Life & Style

Africa Fashion Week New York 2012

Du 12 au 14 juillet 2012, la ville de New York a accueilli 21 stylistes du continent africain et ceux de la diaspora. Le plus intéressant, c’est le mix’n match, les télescopages des styles occidentaux, africains et orientaux.

© Avaloni Studios

La mode africaine se montre. L’Afrique à la mode élève la voix. L’african New-Look triomphe. A l’instar de ce festival produit par Adirée, les Africa Fashion Week voient désormais le jour un peu partout dans le monde. Le spectacle vaut le détour. La salle est pleine à craquer d’afrofashionistas* et d’afrofashionistos, ces jeunes qui s’habillent à la pointe de la mode sans laisser au vestiaire leur héritage africain. Ils combinent avec malice les grandes tendances de la mode occidentale avec des détails et des accessoires africains. Pour certains d’entre eux, une certaine primauté identitaire doit s’exprimer et se coordonner à travers les vêtements, en s’habillant. La petite robe noire de la marque Kibonen est parfaite. Les propositions de la créatrice d’origine camerounaise sont très intéressantes. Acheteurs, journalistes, célébrités, blogueurs et amateurs de mode s’y rendent autant pour voir que se faire voir. Côté scène, les stylistes talentueux et ambitieux rivalisent d’imagination pour démontrer le large potentiel créatif et commercial de la mode africaine dont la vitalité atteint des sommets sans précédents. En coulisses, la cabine de mannequins, les coiffeurs et les maquilleurs travaillent pour élaborer une scénographie moins maladroite que d’ordinaire sur ce type d’événement.

© Kibonen/Avaloni Studios

Ce jour là, au cœur du Financial District, poumon économique de la ville monde, les fondations bicéphales d’un « système de la mode » international et intra-africains continue de se mettre en place sous nos yeux. Le business de la mode africaine n’est qu’à ses balbutiements. Wall Street – située à un bloc – observe de près.

La grande variété des traditions textiles et les richesses esthétiques des peuples africains traditionnels et l’ingéniosité des populations urbaines africaines et diasporiques pourraient transformer l’Afrique en premier laboratoire du monde de prochaines trouvailles et prouesses stylistiques. Les semaines de la mode ne sont pas que des évènements mondains. Néanmoins, les questions de distribution et de commercialisation sont loin d’être réglées. A la sortie de ces shows, comment s’offrir l’une de ces créations ?

Lauren Ekué.

* Terme employé et défini lors de la conférence tenue au prestigieux Fashion Institute of Technology le 11 juillet 2012.

Postez un commentaire

Exprimez-vous!