Icône urbaine

Présentation

«Je suis arrivée ici par piston. Mes beaux yeux et mon culot ont fait sensation auprès du patron. Je suis donc chargée de noircir ce feuillet de 1403 signes – pas un de plus – et de justifier ma présence illégitime et non avenue aux goûts de mes collègues de la rédaction. Grossière erreur!L’exemplaire que vous tenez entre vos mains est le huitième numéro. Je suis l’heureuse nouvelle chroniqueuse. Le salaire n’est pas mirifique, mais j’apprécie le titre de ma fonction. Rédactrice, le bonheur tient parfois en dix lettres…»
Flora d’Almeida, étoile montante du magazine Afro-International, nous entraîne tout au long de ses rubriques dans son univers : de soirées hip-hop en défilés haute-couture, cette prêtresse de la branchitude afro-parisienne étonne par ses points de vue, agace par son arrogance mais ne déçoit jamais. Derrière le vernis de futilité se cache un jeune esprit vif, lucide sur la société qui l’entoure et toujours plein d’humour. A savourer sur fond de Hip-hop/R’n’b ! ! !Lauren Ekué est une rédactrice mode-beauté de 26 ans, Icône Urbaine est son premier roman et toute ressemblance avec un certain personnage serait purement fortuite… !

 

Elle pose un regard éclairé sur le monde qui l’entoure, et le restitue dans un récit truffé de références sociologiques, historiques et économiques. Elle dit de l’écriture qu’elle est une forme de séduction, et de la prose qu’elle fait toujours de l’effet si on y met les effets confirmation dans ce premier roman caricatural et plein d’esprit. Plume vive et acerbe, jeux de mots rigolos, flow rythmé et style direct, une véritable promesse, à lire, absolument. Miss Ebène Magazine

Flora d’Almeida, étoile montante du magazine Afro-International, nous entraîne dans ses rubriques, dans son univers : de soirées hip-hop, en défiles haute couture, cette prétresse de la branchitude afro-parisienne étonne par ses points de vue, agace par son arrogance mais ne déçoit jamais. Derrière le vernis de futilité se cache un jeune esprit vif, lucide sur le monde qui l’entoure et toujours plein d’humour. A savourer sur fond de hip-hop/R&B. Public.fr

La critique socio-politique se fait acerbe de façon ponctuelle dans le texte. Ainsi sont abordés les problèmes d’insertion sociale auxquels font face les jeunes des banlieues issues de l’immigration ou dénoncées les exactions du régime Eyadéma lors de vacances de la narratrice au pays natal. Mais, on peut lire ce texte aussi comme un roman d’amour : à la fin, Flora épouse le rédacteur en chef du magazine et fils de son fondateur, Michael Aaron, un Afro-américain, après avoir connu de nombreux déboires amoureux… Togo Littéraire

Postez un commentaire

Exprimez-vous!